Vous avez dit « naturopathie » ?

La naturopathie est un outil de santé physique et mentale formidable. Plus qu’un outil, c’est une philosophie qui propose une synthèse des méthodes naturelles de santé au service de la prévention, de la qualité de vie et de l’autoguérison. Elle souhaite prendre l’être dans sa globalité. Elle ne cherche pas à soulager les symptômes, mais à aller résoudre les problèmes à leur source.

Ainsi, le rôle du naturopathe est :

  • de respecter et de favoriser l’énergie vitale, cette intelligence biologique qui gère les métabolismes toujours au mieux pour le patient. Le praticien ne guérit jamais : il guide son patient afin d’accompagner l’autoguérison ;
  • d’étudier et corriger les surcharges et les carences du milieu intérieur ;
  • de guider vers une bonne hygiène alimentaire et corporelle ;
  • de prendre en compte les dimensions somatique, énergétique, psychologique, spirituelle et sociale afin d’agir dans la globalité.
  • d’enseigner comment corriger les causes profondes et premières des troubles (il ne combat pas le symptôme ni ne pose de diagnostic).

Naturopathie et médecine

Loin de s’opposer, la naturopathie et la médecine se combinent et ont tout à gagner à travailler en parallèle. Le médecin pose un diagnostic et donne un traitement sur la base de l’ensemble des symptômes d’une personne. La naturopathie, elle, est une rééducation du comportement face à la santé. Elle prône la prévention et tente des traitements doux et naturels avant de vous envoyer vers la médecine allopathique si besoin, ou la complémente.

Ainsi, la naturopathie soulage le travail du médecin en évitant au patient d’aller le voir pour un rhume simple, lui permettant de se focaliser sur ce qui relève véritablement de lui (douleurs aiguës, traumatismes, épidémies, etc.).

Pour illustrer ce propos, le père de la naturopathie en France, Pierre-Valentin Marchesseau, propose l’image suivante. Lorsque quelqu’un se noie, vous lui lancez une bouée dans l’urgence ; cet outil de sauvetage symbolise la médecine conventionnelle intervenant dans une situation critique. Ensuite, une fois sur la terre ferme, si vous apprenez à nager à cette personne, elle pourra faire en sorte elle-même que cela ne se reproduise pas ; cet apprentissage, c’est la naturopathie.

Les 3 « causes » de la maladie

Je rejoins Hippocrate lorsqu’il estimait que la cause des maladies se trouvait dans l’hygiène de vie du malade, la cause de la cause se trouvait dans la psychosomatique (influence des pensées et émotions sur le corps), et que la cause de la cause de la cause se situait dans la dimension spirituelle.

Ainsi, bien que ces trois domaines influent les uns sur les autres, il faut généralement les prendre tous trois ensemble pour opérer une véritable guérison.

>> L’hygiène de vie – les humeurs

Tout être vivant est doté du pouvoir d’autoguérison : son corps cherche toujours un moyen de revenir à un état d’équilibre harmonieux. Par exemple, peu importe l’endroit où l’on se blesse, le corps trouvera toujours un moyen de refermer la plaie et de cicatriser. C’est un processus progressif qui passe par plusieurs étapes.

La naturopathie repose en grande partie sur le concept d’encrassement des humeurs, ces liquides du corps humain dans lesquels nagent nos cellules (le sang, la lymphe intra-cellulaire, extra-cellulaire et au sein des canaux lymphatiques). Ces liquides transportent l’oxygène et les nutriments jusqu’aux cellules ; puis ils récupèrent les déchets, pour les évacuer via les émonctoires du corps (la peau, les reins, le trio foie/vésicule/intestins, les poumons).

Lorsque, suite à un dysfonctionnement du corps, l’élimination de ces déchets devient difficile, ils s’accumulent : on appelle cela l’encrassement. Les cellules sont moins bien irriguées et nourries ; les déchets ressortent alors sous différentes formes plus intenses et gênantes (écoulement nasal, acné, eczéma, rhumatismes…). Avec le temps, à force d’encrassement, des problèmes bien plus complexes peuvent se développer.

Le naturopathe aidera son patient à évacuer les surcharges, à rétablir le bon fonctionnement de l’organisme, puis lui expliquera comment restaurer l’équilibre en mettant en place une hygiène de vie adéquate (alimentation saine, utilisation de jus de légumes, de plantes médicinales, activité physique, méditation, soins énergétiques, massage, air pur, soleil, nature…) pour limiter les troubles futurs, afin qu’il reprenne le pouvoir sur son corps.

Il s’agit ici d’un accompagnement personnalisé ayant pour objectif de développer le potentiel existant du sujet selon une hygiène de vie adaptée à sa génétique, ses goûts et ses besoins et de lui donner les outils qui le rendront autonome pour entretenir sa santé, favoriser l’autoguérison et prévenir la survenance de nouvelles maladies.

>> La psychosomatique – la pensée positive

L’influence de la pensée sur le corps n’est plus à démontrer. Il suffit de constater combien notre cœur se met à battre vite lorsque nous sommes en colère, comme nos mains tremblent lorsque nous sommes amoureux, ou comme nous transpirons quand nous avons le trac. Notre mental a un impact direct sur nos systèmes vitaux, hormonaux, etc. Nous pouvons le diriger vers plus d’apaisement et de positivité. Apprendre à penser de manière positive offre un nouvel angle de perception de la réalité, une vision de l’environnement dans laquelle les solutions sont plus nombreuses que les problèmes, où le bien-être se trouve dans les petits détails plutôt que dans les grands événements.

Il faut savoir que nous pouvons choisir ce que nous pensons et influer ainsi sur notre état de santé (et cela est plus facile lorsque le corps fonctionne bien). Des techniques méditatives telles que la plongée dans l’instant présent lorsque nous sommes en proie à des émotions négatives dont nous voulons nous détacher, la mise en place de la gratitude quotidienne ou encore la visualisation sont des outils essentiels à l’équilibre du corps et de l’esprit. Faire la paix avec le monde et ouvrir son cœur en grand nous apporte une infinité de bienfaits en branchant notre esprit sur ce qui apaise, calme, restaure, ressource…

>> La dimension spirituelle

À mes yeux, la spiritualité couvre deux volets :

  • D’un côté, cela signifie la « quête de sens », la recherche de sa philosophie de vie, de sa sagesse intérieure ; le fait de donner un sens à sa vie, pour soi-même mais aussi dans notre rapport aux autres et au monde. Trouver son essence propre, sa mission de vie. Cela est un point qui me semble essentiel.
  • D’un autre côté, pour ceux qui y sont sensibles, s’intéresser à la spiritualité peut aussi vouloir dire voir un spécialiste pour explorer ses vies antérieures ou interroger ses guides/anges/l’univers pour comprendre les causes cachées derrières nos limitations.

Si le deuxième volet ne parlera pas à tout le monde, les deux volets ne s’excluent pas et sont pour moi aussi essentiels l’un que l’autre.

Ainsi nous sommes un « tout », et c’est ce « tout » que la naturopathie met à l’honneur en cherchant à restaurer l’équilibre physique, mental et spirituel. Par voie d’influence, notre pleine santé, notre conscience ravivée et notre paix intérieure sont bénéfiques au monde entier, humains comme animaux, forêts comme océans. C’est en cela que, plus qu’un outil, elle est une véritable philosophie.

Marion Eberschweiler

Naturopathe, youtubeuse, conférencière, animatrice radio, créatrice d’articles et d’ateliers autour du développement personnel et d’un mode de vie sain.

Retrouvez-la sur www.change-le-monde.com !

2020-02-06T13:39:42+01:00janvier 17th, 2020|1 Comment

Un commentaire

  1. Jena 26 janvier 2020 à 14 h 02 min- Répondre

    J’ai découvert Marion grâce à cet article, et j’aime beaucoup ce quelle fait et sa vision des choses. Alors merci lechoubrave de l’avoir mis en avant !

Laisser un commentaire

Go to Top