Livraison offerte en France métrop. et la Belgique dès 100€ d'achats

Un « steak » vegan mais sans « crème » de soja svp !

« Vous prendrez quoi avec votre burger vegan ? » Ne répondez surtout pas un lait de soja ou de coco… vous auriez tout faux ! Car si les appellations « steak », « saucisse », etc., sont autorisées pour les aliments végétaux, celles de lait ou de fromage sont interdites pour désigner des produits issus des plantes. Ainsi en ont décidé les eurodéputés ce 23 octobre dernier. Une décision qui signe une belle victoire d’un côté mais dont la logique, d’un autre côté, semble pour le moins obscure !

Croire en l’intelligence du consommateur

L’industrie de la viande a donc perdu sa bataille visant à interdire les appellations telles que « steak », « hamburger » « saucisse » pour définir des produits alimentaires à base de protéines végétales. Les 705 députés européens appelés à voter sur la question se sont en effet exprimés à une large majorité pour que ces dénominations soient conservées sur les produits en question. La pression avait été rude depuis plusieurs mois, venant des lobbyistes de l’agriculture industrielle versus les défenseurs d’une alimentation végétale, du bien-être animal et de l’environnement dont Greenpeace et le WWF. Les premiers arguant qu’il s’agissait là de protéger le consommateur qui pourrait acheter par erreur un produit à base de plantes alors que ce qu’il désirait était en réalité un produit animal (sic) ; les seconds prônant le discernement, pour ne pas dire l’intelligence du consommateur, qui sait encore lire une étiquette et, surtout, affirmant qu’une telle mesure irait à l’encontre des plans de durabilité de l’Europe en matière d’environnement. Chiffres donnés à l’appui : « L’agriculture est responsable de 10,3 % des émissions de gaz à effet de serre et 70 % de celles-ci proviennent du secteur animal. »

Fini les gels douche au « lait » de coco

Dans le même temps, les eurodéputés retoquaient cependant les appellations « lait », « crème », « yaourt », « fromage » pour tous les produits ne contenant pas de lait animal et même les dénominations comme « goût fromage », « saveur crémeuse » ou « substitut de beurre ». La restriction va même très loin puisqu’elle s’applique également aux produits non alimentaires tel, par exemple, un gel douche ou un savon à base de lait végétal. Comprenne qui pourra cette différence de traitement entre viande et lait…

Le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC) a salué « le bon sens » de la décision concernant les produits carnés tout en regrettant « la frilosité » des députés à propos des alternatives aux produits laitiers.

En France, l’interdiction est plus stricte

La France avait pris de l’avance sur la question puisque la loi « relative à la transparence de l’information sur les produits alimentaires » du 27 mai 2020 interdit l’emploi « de dénominations utilisées pour désigner des produits alimentaires d’origine animale pour décrire, commercialiser ou promouvoir des denrées comportant des protéines végétales. » …  Lait comme viande, donc ! L’histoire dira la suite, mais, pour le coup, il est vrai que le consommateur, même repu de lasagnes de courgettes, a de quoi y perdre son latin…

Blandine BERTRAND
Journaliste indépendante pour Le Chou Brave

2020-12-09T10:03:14+01:00décembre 9th, 2020|0 commentaire

Laisser un commentaire

Go to Top