« Si tout le monde méditait, le monde irait mieux »

Olivier Granier a rencontré pour Le Chou Brave
Antoine Gerlier, créateur de l’appli de méditation Namatata.

Olivier Granier : Antoine, peux-tu me parler un peu de ton parcours ? Qu’est-ce qui a fini par t’amener à Namatata ?

Antoine Gerlier : Je viens d’un univers plutôt financier… pour te donner une idée, en cinquième j’avais un portefeuille d’actions, et en quatrième je lisais le journal des finances. J’ai fait des études à Sciences-po, puis suis devenu joueur de poker professionnel, avec toujours dans l’idée d’un jour créer une entreprise qui fasse sens.
Adolescent, j’étais hyper-sensible, et je vivais avec une sorte de phobie sociale, accompagnée d’un auto-jugement critique fort. Je trouvais que les gens à Paris manquaient de joie, et l’anxiété fut ma compagne pendant plusieurs années. J’ai fini par découvrir l’auto-hypnose, et me suis essayé à des techniques de visualisation ; là, les résultats sur mes peurs et anxiétés au bout de 4-5 jours ont été salutaires, et ce malgré mon scepticisme de départ.

O.G. : Donc ton point de départ, c’est la découverte de l’auto-hypnose ?

A.G. : Oui et non ! Mon point de départ, c’est cette sensation depuis petit de vouloir accomplir quelque chose pour les autres. L’auto-hypnose a été le déclencheur d’un mouvement de découverte de moi-même à travers plusieurs techniques. Je me suis essayé à la méditation dansée : chakra-danse, danse des 5 rythmes, danse-médecine ; le kundalini yoga, vipassana… J’ai trouvé dans le cycle de la MBSR (mindfulness-based stress reduction/ réduction du stress basée sur la pleine conscience) ce dont j’avais besoin. L’approche de la méditation était étayée par des études scientifiques qui satisfaisaient pleinement mon côté rationnel.

O.G. : Donc c’est ton parcours à la MBSR qui t’a incité à créer Namatata ?

A.G. : Oui, avec l’envie de créer en français pour les Français une approche de la méditation. J’ai commencé par un blog, zentonik.fr, qui a regroupé plusieurs intervenants du bien-être pendant quelque temps, pour bifurquer vers la création d’une application. Je voulais pouvoir proposer au plus grand nombre des méditations simples pour le quotidien.

O.G. : Comment s’est déroulé ce processus créatif ?

A.G. : Je me suis beaucoup entretenu avec des instructrices et instructeurs du programme MBSR, j’ai aussi beaucoup travaillé avec trois psychologues spécialisés en sophrologie, cognitivisme et méditation pour écrire le contenu des premières propositions. J’ai aussi eu la chance de travailler avec le psychiatre Fr. Bourgognon afin d’apporter une cohérence globale à ma démarche, ce qui a débouché aussi sur la coécriture d’un livre.

O.G. : Justement, quelle est pour toi cette cohérence globale ?

A.G. : Pour moi, la direction que je voulais donner, était de pouvoir vivre la méditation au quotidien de façon très concrète, sans partir à la recherche d’un « trip » mystique. Je partage l’idée que si tout le monde méditait, le monde irait mieux ; que par la méditation nous pouvons apprendre à nous écouter différemment, de façon à accepter nos émotions plus entièrement, ainsi être plus dans l’écoute le respect de soi et d’autrui. Vraiment, pour moi, la méditation est un apprentissage pour se connaître.

O.G. : As-tu des projets d’évolution de ton appli ?

A.G. : Oui, pour 2020 je vais passer à la version 3 de l’application, avec une intégration de méditations quotidiennes, donc 365 méditations ; c’est un gros travail de recherche afin de rester dans la ligne de conduite. Je vais aussi lancer un crowdfunding pour un projet : « j’irais méditer chez vous ». Il s’agit d’aller dans les écoles, les hôpitaux, les entreprises, chez les particuliers qui utilisent l’appli afin de réaliser des vidéos, pour montrer que la méditation peut être partout et pour tout le monde. Et je suis aussi en train d’explorer avec d’autres personnes la possibilité d’ouvrir un espace afin de rassembler des gens autour de la méditation, de la connaissance de soi ; parce que le contact direct est d’une richesse inégalable.

O.G. : Ce sont de super projets ! Une petite question rituelle du Chou Brave : quel est ton rapport à l’alimentation ?

A.G. : Il y a des méditations dans l’appli qui sont dédiées à l’alimentation : essentiellement pour apporter une pleine conscience à l’acte de se nourrir, pour réaliser le chemin de la graine jusqu’au fruit dans notre assiette… Personnellement, j’évite au maximum les produits industriels depuis pas mal de temps, je fais attention à ce que je mange et d’où viennent les aliments. J’ai expérimenté des restaurants crus à Paris : à chaque fois que j’en suis sorti je me sentais bien, nourri et pas lourd ; naturellement je mets dans mon quotidien plus de fruits et de légumes.

O.G. : Un dernier mot, message de fin ?

A.G. : Pour moi, la vraie liberté est d’apprendre à se connaître, à se défaire de nos schémas limitants et conditionnements, pour nous diriger vers une vie heureuse et joyeuse. C’est dans cette direction que je vais continuer mon parcours.

Propos recueillis par Olivier Granier pour lechoubrave.fr

Antoine Gerlier

2020-02-18T14:26:38+01:00février 18th, 2020|0 commentaire

Laisser un commentaire