Livraison offerte en France métrop. et la Belgique dès 100€ d'achats

Quel avenir pour l’école à la maison ?

Si l’on ne considère que le libre arbitre parental, assurément l’avenir de l’école à la maison est ensoleillé. Mais un nuage noir vient ternir ce droit constitutionnel : Emmanuel Macron a annoncé le 2 octobre 2020 sa décision d’interdire la liberté d’instruire les enfants en dehors du cadre de l’école républicaine, dès la rentrée 2021. Sans attendre, il est vital de défendre la pertinence de l’IEF (Instruction en famille).

Le confinement du printemps 2020 a fait découvrir l’école à la maison à toutes les familles ; la plupart a eu l’occasion de réaliser que c’était l’instruction qui était obligatoire – et non l’école. Quelques mois plus tard, à la rentrée 2020, nombre d’entre elles ont décidé de poursuivre cette expérience : soit par pur plaisir et satisfaction, soit par peur du Covid19, soit, désormais depuis La Toussaint, par peur d’un attentat – et surtout pour échapper aux nombreux effets négatifs physiques et psychologiques que cette période anxiogène peut provoquer chez les petits comme chez les grands.

Libres d’école

Ainsi donc, le mouvement de l’enseignement à domicile, pourtant encore minoritaire en France, prend de l’ampleur. Surtout depuis 2017, le nombre d’enfants instruits à domicile augmente chaque année : 50 000 en 2020 sur 12,4 millions d’élèves (dont 25 000 sans raisons médicales). Ils étaient 41 000 en 2019 et 35 000 en 2018, soit 9 000 enfants libres d’école de plus en un an, 15 000 de plus en deux ans.

Un engouement dû aux besoins de liberté et de modernité pédagogique ; de respect des temps d’apprentissages et des rythmes biologiques. C’est également une philosophie de vie de plus en plus envisageable grâce au homeworking et à l’entreprenariat, qui permettent aux parents de se rendre plus disponibles pour leurs enfants, et d’organiser leurs horaires de travail de façon autonome ; grâce aussi et surtout aux très nombreuses ressources de qualité disponibles sur Internet et dans les librairies, sans oublier les cours par correspondance ; enfin, grâce aux contacts aisés via les réseaux sociaux permettant des échanges et des inspirations passionnants entre les familles, au niveau international. L’actualité et ces nombreux avantages participent à convaincre encore actuellement de nombreux parents d’enfants encore scolarisés, qui prévoient de passer le cap prochainement.

Toutes les familles concernées !

Les premières familles menacées par l’obligation de rejoindre les rangs des établissements scolaires sont bien sûr celles qui pratiquent actuellement l’IEF, ou qui en émettent simplement le souhait. Pourtant, tous les parents de France sont directement concernés et devraient défendre bec et ongles cette option. Car chaque famille, au cours de la scolarité de ses enfants, peut avoir besoin ou envie de faire un pas de côté hors d’école pendant quelques mois ou quelques années. Anne Coffinier, fondatrice de l’association Créer-son-école.com, et Rébecca Sirmons, co-auteur de L’instruction en famille, une liberté qui dérange (eds. L’Harmattan), expliquent en effet lors d’une interview que « Les gens qui sont concernés à un moment ou à un autre par l’école à la maison sont bien plus nombreux que les gens qui sont à l’instant T dans le système. Sur les six dernières années, plus de 250 000 enfants sont passés dans le système de l’école à la maison sur des périodes ponctuelles ou plus longues ». L’IEF est effectivement une véritable bouée de sauvetage dans les cas de harcèlement et de phobie scolaire, de handicaps et de troubles de l’attention. Alors non, ce n’est pas qu’une petite actualité concernant quelques happy few.

Un droit fondamental déjà encadré par la loi française

L’instruction en famille est encore à ce jour une chance en France. C’est en 1882 que la loi Jules Ferry rend l’instruction obligatoire de 6 à 16 ans – pas l’école. Et l’article 26-3 de la Constitution universelle des Droits de l’Homme stipule que « les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d’éducation à donner à leurs enfants ». Le 9 décembre 2020, la proposition de loi pour une école obligatoire de 3 à 16 ans sera présentée en Conseil des ministres, puis en janvier à l’Assemblée nationale, avec un débat au Parlement au premier semestre 2021. Parents, grands-parents, syndicats, citoyens… Quelle sera notre planche de salut ?

Pour participer à la défense du choix du type et du lieu d’instruction :

Claire Lelong-Lehoang

Journaliste pour la presse print & web, elle est spécialisée dans les thématiques maison, jardin, kids, santé naturelle.  Passionnée par la décoration, l’écologie-la nature, l’empowerment, la cuisine saine et le yoga, elle est aussi maman de deux petits d’Homme. Depuis leur naissance, elle met tout en œuvre pour leur épanouissement : éducation bienveillante et positive, nourriture du corps et de l’esprit…

Retrouvez-la sur son blog www.maisonmagique.fr.

Pour en savoir plus sur le homeschooling :

2020-11-19T10:05:02+01:00novembre 19th, 2020|0 commentaire

Laisser un commentaire

Go to Top