Livraison gratuite dès 100€ pour la France et la Belgique

Visitez la boutique
Logo Le Chou Brave
Logo Le Chou Brave

Face à la crise, le pouvoir du ressenti

Publié le : 1 avril 2021Par

par Sylvie Meynier

Est-ce que je dois parler ou est-ce que je dois me taire ? Je me pose cette question depuis des mois. Où est ma place dans ce que l’on traverse en ce moment ? Dois-je juste continuer d’accompagner les personnes qui viennent à moi et travailler de manière discrète ou dois-je monter au créneau et faire quelque chose de plus impactant ? Est-ce que ce serait vraiment plus impactant d’ailleurs de faire entendre ma voix ? Je dois bien avouer que je n’en suis pas certaine, car ma philosophie est que quand on touche une personne, elle fait elle-même des vagues ; peut-être qu’on avance plus doucement mais que c’est plus profond ? Je n’en sais rien à dire vrai…

S’exprimer

Donc, dois-je exprimer ce que je pense et rajouter mon opinion à toutes celles qui sont déjà là ? Dois-je aller manifester pour la liberté ? Dois-je me montrer plus ?  Il y a quelques mois, j’ai décidé de plutôt me concentrer sur la beauté et la lumière et d’aider à la répandre, et à la partager. J’ai fait ce choix, notamment parce que je n’étais pas prête à mettre de l’énergie dans un combat et que je sentais que la colère qui montait en moi était en partie autodestructrice. J’avais aussi besoin de d’abord me nourrir, de prendre soin de moi.  Il y avait (et il y a toujours) aussi la peur d’être jugée, ou traitée de complotiste ou de je ne sais pas quoi encore. Aujourd’hui une des choses qui m’exaspère, c’est que quand on donne son opinion on se fait insulter parce qu’on n’est pas expert… Mais ça veut dire quoi exactement ? Que l’on doit se taire et accepter tout ce qu’on nous propose, ou plutôt impose ? Je ne suis pas d’accord : j’enseigne l’autonomie, la capacité à se questionner et à penser par soi-même, qui me paraissent tellement importantes… Bref, tu l’auras compris, depuis dix jours, ça bouillonne en moi et il faut que ça sorte quelque part. Peut-être que ce sera une goutte d’eau dans la mare, peut-être une étape avant autre chose. Je fais confiance à l’idée que j’ai aussi moi-même quelque chose à apprendre ici, et on verra bien quoi !

Écouter son ressenti

Je ne suis en effet pas une spécialiste du Covid. Par contre je suis très connectée à mon ressenti, à celui des autres, et j’observe beaucoup ce qui se passe. J’essaie de ne pas réagir sur le moment, mais plutôt de poser les choses, de prendre le temps de me connecter profondément à ce que je sens. Ce n’est pas toujours évident, car nous sommes une société qui donne beaucoup plus de valeur au rationnel qu’au ressenti. Le rationnel serait donc plus juste que l’intuition ? Mais pourquoi ?  Qui a décrété cela ? Les plus grandes découvertes ont souvent été basées sur une intuition… Aujourd’hui, ce que je sens, c’est que nous sommes justement invités à sortir de ce paradigme pour créer autre chose. Et je sens aussi que si nous n’essayons pas un peu de nous connecter plus à ce ressenti en prenant de la hauteur, nous fonçons droit dans le mur…

Confusion et division

Voici ce que j’ai observé : depuis des mois, je lis et je reçois, comme tout le monde, des informations contradictoires. Les scientifiques ne sont pas d’accord entre eux. La plupart des médias choisissent des termes et des titres très biaisés qui font gonfler l’angoisse. Les mesures sont incohérentes. Tout le monde a une interprétation différente des chiffres. On joue sur la culpabilisation à fond.  Nous traversons tous et toutes des émotions très fortes, car cela vient toucher en nous nos croyances, nos valeurs et parfois appuyer sur nos blessures. Nous sommes divisés et en plus nous participons tous et toutes à cette division. Nous n’arrivons pas à débattre calmement. Parfois nous évitons le sujet avec nos amis, car nous savons que nous ne sommes pas d’accord. Nous avons besoin et envie d’avoir raison. Il faut être pour ou contre, pro ou anti… J’ai beaucoup de mal avec cela. Tout n’est pas noir ou blanc.

Je me sens parfois déchirée. Tout n’est pas simple. C’est même très complexe, et pour se dépatouiller avec toutes les informations, il faut en lire et analyser des choses… Et même après, il est fort probable que nous nous sentions encore plus confus, encore plus en colère, encore plus perdus si nous sommes vraiment honnêtes. Alors souvent nous faisons le choix de conserver les informations qui vont dans notre sens et nous donnent raison. Nous sélectionnons ce qui nous convient pour nous rassurer. Et nous continuons ainsi de jouer le jeu de la division.

Ce que je ressens, c’est que ce jeu de la division et la confusion générale n’aide personne. Nous sommes en train de nous monter les uns contre les autres et de nous déchirer intérieurement et collectivement. Nous en arrivons à accepter ou à nous soumettre à des mesures que, nous le sentons, n’ont aucun sens… J’aimerais vous inviter à vous poser un moment et à sentir ce qui est juste pour vous. Au-delà des informations, au-delà des croyances, au-delà du mental… Si nous commencions par reconnaître que nos émotions vont dans tous les sens, nous pouvons alors faire le tri pour les accueillir et reprendre le pouvoir sur nous-mêmes, car à force de sacrifier notre capacité à être qui nous sommes, nous allons bien finir par nous éteindre (et pas du Covid…)…

La confiance et la joie

Personnellement, je ne suis pas venue vivre une expérience humaine pour me séparer des autres êtres humains. Je ne suis pas d’accord de juste survivre. Je suis là pour vivre. Et je n’ai pas peur de la maladie, ni de la mort. Non, je n’ai pas envie de tomber malade, non je n’ai pas envie de mourir. Mais j’ai conscience que c’est une possibilité. Et je ressens vraiment que le Covid n’en sera sûrement pas la cause. Je ne suis pas d’accord de devoir me sentir coupable parce que je ne souhaite pas me soumettre à porter un masque partout où je vais. Je ne suis pas d’accord de ne pas avoir le droit de choisir comment je me soigne, comment je me comporte ou comment je vis. Je suis là pour vivre, vibrer, me connecter ! Je suis là pour profiter, pour briller, pour rire, pour danser, pour chanter et pour partager tout cela ! Je suis là pour créer ma vie, pas la subir. La peur et l’angoisse, c’est ça qui nous tue à petit feu. Je choisis la confiance, la joie et la foi.

Et toi, qu’est-ce que tu ressens ? Qu’as-tu envie d’en faire ? Que vas-tu choisir ? Qu’as-tu envie de dire ? Vas-tu te montrer ?  Vas-tu oser sortir du silence ? Vas-tu oser faire quelque chose ? Et si oui, quoi… ? Toi seul peux sentir ce qui est juste…

Sylvie Meynier
www.laughingbutterfly.ch

Nous suivre

Recevez nos meilleurs articles, des idées recette, nos interviews en avant-première, et ne ratez aucun événement.

Inscrivez-vous à notre infolettre !

Partager cet article

À propos de l’auteur

Sylvie Meynier est une sorcière moderne, guide et mentor intuitive.

Commentaires

Afficher

8 Commentaires

  1. coralie 3 avril 2021 à 15 h 56 min-Répondre

    MERCI ! ! ! Vous avez mis des mots sur ce que je ressens ! Merci beaucoup pour ce témoignage !

    • sylvie 4 avril 2021 à 17 h 42 min-Répondre

      Avec plaisir, je crois que nous sommes nombreux à ressentir cela, alors partageons-le pour se sentir moins seul!

  2. Murielle 8 avril 2021 à 20 h 04 min-Répondre

    C’est très bien écrit Sylvie, bravo

  3. Gondon 9 avril 2021 à 9 h 53 min-Répondre

    Bonjour, merci pour ce témoignage qui est juste, c’est la réalité. N’ayons pas peur et soyons dans l’acceptation. Merci très belle journée printanière.
    Nicole

  4. Chantal 9 avril 2021 à 10 h 15 min-Répondre

    Vivre, danser être heureux oui mais pas tout seul ou pour soi même ! avec les autres et pour cela je choisis de porter un masque de faire ce qu’il faut imposé par la situation et non par quelqu’un, pour continuer à vivre, à créer, à aimer.

  5. Géraldine 9 avril 2021 à 10 h 59 min-Répondre

    Merci pour ce très bel article qui illustre bien ma pensée.
    J’arrive à prendre du recul sur mes émotions négatives mais la colère contre la torture infligée aux enfants muselés et traités d’ange de la mort en raison de leur comportement d’humain (parler et respirer) revient encore souvent.
    Je ne porte jamais de masque dehors malgré la sanction qui s’applique dans mon département mais commence vraiment à ne plus supporter d’en porter en intérieur. Je vais devoir prendre sur moi et, comme le premier qui se lance sur la piste de danse, oser le retirer (une dame chez mon fermier le fait apparemment donc cela me motive).
    Je ne suis pas responsable de la santé des autres.
    Par contre, je commence à prendre du recul devant des personnes qui me disent « s’être faites piquées » (quelle horrible expression pour dire vacciner). Je leur réponds que je les comprends car cela les aide à sortir de la peur mais que moi j’ai bien plus peur du vaccin que du virus. Je crois qu’il est bon de reconnaître la différence de point de vue de l’autre. J’ai dépassé ma peur sous-jacente qui était d’être rejetée si tout le monde se faisait vacciner mais pas moi. Cela me rappelait une partie douloureuse de mon adolescence.
    Je me dis que, plus j’accepte le point de vue différent des autres, moins on nous imposera un seul courant de pensée. Comme le dit si bien Louis Fouché « personne n’a envie d’être un con vaincu » (convaincu).
    Et, dans le fond, mon pensons la même chose les pro vaccin et moi : nous avons la croyance en une chose qui nous sauvera. Pour eux, le remède vient de l’extérieur avec le vaccin, pour moi, il vient de l’intérieur, c’est mon corps qui guérit tout.
    Je pense qu’il faut laisser les gens expérimenter quitte à se casser la figure. Cela ne sert à rien de vouloir attraper un enfant avant qu’il ne chute de son vélo. Seule la chute lui permettra de comprendre. Nous sommes à des niveaux évolutifs différents et il faut respecter le niveau de chacun.
    Je vous envoie plein de belles ondes lumineuses
    PS : je remercie les personnes que j’ai prises pour mes bourreaux pendant tous ces mois. Grâce à elles, j’arrive à poser plus de limites, à oser affirmer mon point de vue et à profiter de la vie et de la beauté de la nature.

  6. Elisa 10 avril 2021 à 13 h 02 min-Répondre

    Merci, quel réconfort ! Je me posais justement toutes ces questions…sur ma place, ma légitimité, questions existentielles….Nous traversons une période qui nous interroge sur tout cela.
    Cela nous amène à constamment revenir vers soi et en effet vers tout ce qui nous nourrit dans tous les sens du terme et reprendre confiance en nous-même, notre grandeur, notre intuition, nos forces, notre joie de vivre…La vérité est en chacun de nous et pour rester en accord avec mes sens et mon être, je ne me plierai pas, ni ne me soumettrai à des choses qui me paraissent absurdes. Je ne me bâillonnerai pas, je ne m’empêcherai pas de bien respirer et je ne me priverai pas de garder le contact et la chaleur humaine de mes âmis et des nouveaux, nouvelles avenirs. Je me servirai de mes yeux pour ce que je décide de voir et mon ouïe pour ce que je veux entendre. Je ne deviendrai ni mouton, ni robot, je suis souveraine de mon existence. Merci pour ces échanges xxx

  7. ghislaine 10 avril 2021 à 19 h 26 min-Répondre

    oui super, ça me fait du bien de vous lire tous et toutes. De part mon travail, je porte le masque TOUTE la semaine, mais j’en ai ras le bol. Dans mon service, nous sommes minoritaires à ne pas s’être fait vacciné. Je suis dans la confiance de ma santé et j’oeuvre à cela. Pendant toute l’année dernière, j’ai cherché et visionné des infos totalement nouvelles pour moi et perturbantes. Mais je préfère la vérité au mensonge. Et en même temps, dans cette tempête, j’ai tenu grâce à toutes ces personnes qui faisaient de leur mieux pour transmettre des infos. Un grand merci aux vidéos qui ont pu nourrir mes espoirs, ma confiance vers les possibles positifs de l’avenir. Oui, j’ai ressenti de la sidération, des peurs, une très grande inquiétude, une secousse (jamais je n’aurais cru à ce point qu’il y ait une volonté mondiale anti-humaine).; Je me ressource ++ en nature (sans masque), et j’apprends à avoir de la compassion pour la différence de l’autre, Je ne cherche pas à convaincre, je partage avec qqes personnes autour de moi qui ont la même compréhension des choses. Je souhaite à chacun d’être un max bienveillant avec lui même. 🙂

Laisser un commentaire

À lire aussi

Charger plus d’articles

Soutenez le ChouBrave

Par vos dons et vos achats vous encouragez :
  • Un magazine indépendant
  • Du contenu toujours plus qualitatif
  • L’achat de matériel, notamment pour les reportages vidéos (lumières, caméras, etc.)
  • Nos déplacements
  • L’impression des flyers et autres supports de communication
  • L’élaboration de différents projets
Je visite la boutique
Je m’abonne
Je fais un don

Les plus populaires

1404, 2020

Des magazines OFFERTS

Par |14 avril 2020|

À vos côtés pour vous inspirer, vous soutenir et vous enthousiasmer, Le Chou Brave magazine met à votre disposition du contenu gratuit ! Découvrez les premiers numéros du mag’…

Lire l'article

Armelle voit la vie en cru !

Par |11 novembre 2015|

La comédienne Armelle Lesniak a découvert le cru il y a 1 an et demi Cette nouvelle manière de s'alimenter l'a transformée sur de nombreux plans, si bien qu'elle a

Lire l'article

Magazine N°25: L’EAU

Par |27 juillet 2018|

Il y a plusieurs mois déjà que le sujet de l’eau s’est imposé au Chou. En échangeant avec notre chère BraveTeam, emballée à l’idée de parler de l’eau selon le

Lire l'article

Interview avec Miguel Barthéléry

Par |4 mars 2016|

Le Chou Brave rencontre Miguel Barthéléry Miguel Barthéléry est Dr. en médecine moléculaire, Vegan et Crudivore. Il s'est intéressé de près à l'alimentation vivante comme outil puissant de prévention des

Lire l'article

Nous suivre

Recevez nos meilleurs articles, des idées recettes, nos interviews en avant-première, et ne ratez aucun événement.

Inscrivez-vous à notre infolettre !
Aller en haut