Pourquoi nous ne trouvons pas le repos…

Ne vous est-il jamais arrivé de prendre quelques jours pour vous reposer,
mais de ne pas en ressentir les bienfaits ?

… Soit parce que vous en avez profité pour faire tout ce que vous n’avez pas le temps de faire en temps normal… Ou simplement parce que vous n’étiez pas tranquille…
Plus les années passent, et plus notre niveau de fatigue augmente. Et tout le monde parle simplement de l’avancée en âge.
Dans le monde du travail, les exigences de performance ne cessent d’augmenter. Nous devons toujours en faire plus, mieux et le plus rapidement possible. Nous terminons nos journées  avec la tête de plus en plus pleine, le corps lourd et les nerfs à vifs. Les syndicats et les travailleurs criant de plus en plus fort à l’esclavage… Ce stress omniprésent couplé à celui de potentiellement perdre ce fameux travail pèsent aussi bien largement sur la réduction de notre énergie.

Maaaaiiiis nous avons, pour palier cela, le saint Graal  du WEEK END. Deux jours comme bénis que nous attendons cinq jours par semaine pour nous écrouler…. Alors qu’à son arrivée, il est bien temps de faire tout ce que nous n’avons pas eu le temps de faire le reste de la semaine : lessives, courses, repas avec les amis et la famille, sport, etc.

Pour en rajouter une couche…

Voilà plus de vingt ans que le développement personnel fait de plus en plus d’émules : livres, magazine, réseaux sociaux… Tout nous pousse à être toujours meilleur ! Et notre ego est devenu très vite dépendant de cela… Il faut à tout prix se développer. Lire, participer à des workshops en ligne, regarder des conférences, parcourir tous ces articles que nous avons enregistrés dans la rubrique «  à lire plus tard »… Il faut penser mieux, manger mieux, se lever plus tôt, mieux élever ses enfants, prendre des douches froides, se coucher plus tôt, respirer plus, apprendre plus, lire plus vite… et j’en passe !

Pour en rajouter une seconde couche…

Et avec ça, il est de bon ton de se développer aussi spirituellement et émotionnellement. C’est ce que j’appelle le développement personnel « diling diling ». Comme le son d’une clochette d’un maître ZEN !
Méditer le matin, faire du yoga, répéter des mantras, apprendre le sanskrit, inspirer le positif – expirer le négatif, avoir de la gratitude pour la petite fleur vue au loin lors du trajet, sourire tout le temps, remercier son bourreau, faire des appuis renversés devant un coucher de soleil, méditer encore une fois le soir, empiler des cailloux en équilibre au milieu d’un torrent…
ET COMME SI TOUT CELA NE SUFFISAIT PAS… Il faut encore le montrer à un millier de gens que l’on ne connaît pas pour ressentir cette reconnaissance que l’on a tant de mal à se donner.

Donc… À quel moment se repose-t-on vraiment ?

On se repose vraiment quand on arriva à abandonner, tout simplement, la culpabilité de ne rien faire. Une fois cette culpabilité levée, la liberté du cerveau et du corps tout entier retrouvée, il nous est enfin possible de simplement nous rouler dans l’exquise sensation d’être LIBRE. Car oui, c’est le manque de liberté qui nous fatigue nerveusement et physiquement. Nous sommes tous faits pour être LIBRES… simplement LIBRES.

À force de devoir être un(e) meilleur(e) collaborateur/trice, mari, épouse, maman, papa, ami(e), personne… de devoir être toujours plus beau, plus fort, plus tout… nous en perdons notre liberté d’esprit. Et c’est bien cela qui, souvent, nous empêche de nous reposer à 200 % sans avoir la culpabilité de ne pas faire !

Danny MARQUIS
Rédacteur en chef du Chou Brave magazine

2020-01-20T03:16:51+01:00janvier 17th, 2020|1 Comment

Un commentaire

  1. Bacq 20 janvier 2020 à 21 h 11 min- Répondre

    Merci pour cet article. Absolument vrai 😊

Laisser un commentaire

Go to Top