Livraison offerte en France métrop. et la Belgique dès 100€ d'achats

Antoine Béchamp : la science évincée

Trop discret, l’éminent médecin a passé sa vie dans l’ombre de Pasteur. Et pourtant, ses travaux aujourd’hui prônés par la plupart des hygiénistes, méritent d’être (re)découverts. Sur son lit de mort, Pasteur a fini par admettre : « Béchamp avait raison. Le microbe n’est rien, le terrain est tout. » Il lui aura pourtant fallu une vie entière à combattre les idées de son contemporain Antoine Béchamp pour arriver à une telle prise de conscience. Problème néanmoins : qui connait Béchamp aujourd’hui ? Le mythe Pasteur, en revanche, inculqué dès la petite école jusqu’aux bancs des facultés scientifiques, reste bien présent dans les mentalités.

Béchamp : Le microbe est en nous

Flash-back historique : Antoine Béchamp est né en 1816 à Bassing en Lorraine. Médecin, chimiste, pharmacien, il consacra sa vie à étudier ce qu’il nomma les « microzymas », ces petites particules capables d’évoluer pour former des bactéries qui continuent à vivre après la mort de la cellule dont elles proviennent. Pour faire simple, l’éminent microbiologiste posa ainsi les bases de la théorie selon laquelle la maladie a toujours une origine interne, puisque tout organisme vivant qui se dérègle contribue à favoriser la prolifération de bactéries pathogènes et de virus.

Pasteur : le microbe vient de l’extérieur

Tout le contraire de ce qu’affirmait Pasteur en fait, né six ans après Béchamp, dont le discours a fini par devenir consensus général. Selon les conclusions pastoriennes, les maladies infectieuses sont causées par des micro-organismes invariables dans leur forme et venant toujours de l’extérieur. Les applications à cette théorie furent spectaculaires : le microbe devenant l’ennemi à abattre, ainsi furent créées notamment les antibiotiques (« contre la vie » en grec)… qui, s’ils s’avérèrent salvateurs pour de grosses pathologies, sont aujourd’hui remis en question pour  les effets déplorables qu’on leur connait : déséquilibre de l’éco-système microbien, résistance, perturbations, candidoses, effets secondaires, et bien d’autres…

Deux visions de la médecine

Comment en est-on arrivé là ? Ce sont en fait deux visions différentes de la médecine qui ont pris naissance à ce moment. D’un côté, une médecine de prévention qui considère que supprimer le symptôme ne résout pas le problème, de l’autre une médecine qui néglige le milieu et l’état général de l’organisme. Théories qui d’ailleurs continuent à se heurter en ce XXIe siècle, entre ce que l’on nomme médecine non-conventionnelle et médecine conventionnelle.

La vision de la médecine, donc l’histoire de l’humanité, aurait pourtant largement pu basculer à ce moment-là, si les deux hommes plutôt que se confronter avaient su collaborer.  Pasteur, opiniâtre, passa sa vie à combattre les idées de Béchamp. Ce dernier consacra la sienne à ses travaux, voire à se défendre quand l’inquisition devenait trop forte. Si Pasteur avait vécu aujourd’hui, il aurait sans nul doute été l’une de ces personnalités omniprésentes dans les médias. Le barbu savait se vendre, avait de l’entregent et un réseau influent. Les scrupules ne l’étouffaient apparemment pas non plus comme semblent le démontrer certains succès qu’il s’attribua à propos de la maladie des vers à soie ou d’autres expériences qu’il reprit à son compte, telles celles sur la fermentation découvertes par Béchamp 10 ans auparavant.

Un combat inégal

« Je suis le précurseur de Pasteur exactement comme le volé est le précurseur de la fortune du voleur enrichi, heureux et insolent qui le nargue et le calomnie. » a déclaré Béchamp, avouant ainsi son sentiment d’injustice.

Aujourd’hui, il semble qu’un nouveau courant, parmi lequel des médecins et scientifiques, cherche à remettre à l’honneur les travaux de Béchamp, n’hésitant pas, par exemple, à exprimer leur perplexité sur l’origine des virus. Mais la lutte reste inégale tant l’homme découvreur du vaccin contre la rage (dont peu savent qu’il a fait de nombreuses victimes) a marqué de son empreinte toute la médecine ultérieure et, au-delà, a servi les intérêts de l’industrie pharmaceutique.

Pasteur eut droit à des obsèques nationales à Notre-Dame. Il se dit, qu’en France, le journal Le Figaro annonça le décès de Béchamp après les journaux étrangers.

Blandine BERTRAND
Journaliste indépendante pour Le Chou Brave

2020-10-28T16:26:30+01:00octobre 28th, 2020|1 Comment

Un commentaire

  1. Maria MAITERE 29 octobre 2020 à 21 h 48 min- Répondre

    Cet article confirme une fois de plus la mauvaise foi dont Pasteur a pu faire preuve tout au long de sa vie…. Etant moi-même thérapeute de médecine alternative, je partage tout à fait le point de vue de Béchamp en ce sens que nous offrons aux virus un terrain favorable à leur propagation…. D’où l’urgence d’appliquer une politique de prévention par des moyens naturels et propices à la préparation d’anti-corps à la défense contre les organismes extérieurs (virus etc…). Par exemple, Le Professeur Jean SEIGNALET a toujours préconisé , une troisième médecine relative à l’alimentation. Je cite Hippocrate : « Que ton aliment soit ton médicament ». Heureusement, beaucoup ont parfaitement compris que la Nature est truffée de remèdes à portée de tous, et favorisent de plus en plus la médecine non conventionnelle au détriment des profits de lobbyings pharmaceutiques, etc… etc… (médicaments, vaccins, traitements du cancer), … et j’en passe, qui sont en fait LES VERITABLES MAUX DONT NOUS SOUFFRONS !!!

Laisser un commentaire

Go to Top