Transit perturbé et mauvaises associations alimentaires

Avez-vous déjà ressenti lourdeur, stress, fatigue, irritibalité, ballonnement, gonflement ou même RGO après les repas ? Si oui, trouvez-vous cela normal ? Si non, avez-vous déjà songé à y remédier ? Peut-être par le fait de moins manger ou de supprimer tel ou tel aliment qui ne vous correspondait pas.

Le naturopathe, obsédé de la bonne alimentation qu’il est, peut vous aider à vous y retrouver. Cet article aura pour but de vous expliquer les bonnes associations alimentaires qui permettent un bon transit et donc de facto une meilleure digestion et subséquemment une plus grande assimilation des aliments.

Pour celles et ceux qui ont des problèmes d’ordre digestif, cela pourra clairement les aider, mais les bonnes associations alimentaires ne restent qu’un outil parmis beaucoup d’autres, et seul ne suffit pas à résoudre tous les inconvénients digestifs, mais il reste l’un des piliers qui permet le retours à la santé. 

Tout d’abord, plus le repas sera copieux et plus la lourdeur digestive se fera sentir, accompagnée de désagréments qui ne sont pas toujours agréables tels les flatulences, les spasmes et j’en passe. Ce qu’il faut savoir, avant tout, est que plus on mange et plus on a de chance de ralentir notre transit digestif ce qui entraînera fermentation dans un premier temps, puis putréfaction des matières, à l’intérieur de nos intestins. Délicieux me diriez-vous. Cela entraine de lourdes conséquences à long terme. À cette occasion, le naturopathe, en consulation, vous demandera très certainement la couleur, l’odeur et même l’aspect de vos selles, ce qui lui donnera une idée de l’état de vos intestins et de la qualité de votre digestion, et croyez moi, il insistera.

Ensuite, certains aliments mélangés ensembles dans le bol alimentaire entraîneront inévitablement des complications lors de la digestion (avec au minimum des fermentations) car leur association rallonge le temps digestif, ils ne sont pas faits pour être mangé ensemble et d’ailleurs souvent on peut se sentir fatigué après ce type de repas. Nos enzymes digestives (que sont les petits ciseaux de notre organisme pour décortiquer les aliments) sont dépassées dès lors que mauvaise association alimentaire il y a, ce qui aura pour conséquence d’entrainer fermentation et putréfaction des matières, vous l’aurez compris. Une mauvaise habitude alimentaire en terme d’association peut être problématique si chronique. Prenons un exemple qui parle de lui même : Un homme vient voir le médecin car il a mal au foie, après analyse, le diagnostique tombe : fibrose hépatique. On demande à cet homme son rapport à l’alcool et il rétorque juste un verre par an pour célébrer la nouvelle année. En faisant le point sur son hygiène alimentaire on s’aperçoit que ce dernier, et durant toute sa vie, mange une pomme ou n’importe quel autre fruit après chaque repas, car on lui a toujours dit que c’était très bon pour la santé. Explication : Les fruits se digèrent très rapidement (en moyenne 30 minutes), c’est à dire rien par rapport à la digestion des protéines, des lipides etc… Le « petit problème » est que si l’on mange un fruit pendant le repas, celui-ci, qui se digère très succintement, restera dans l’estomac attendant tranquillement que les autres aliments soient digérés en totalité. Or cette attente, dans un milieu chaud et humide qu’est l’estomac, entrainera pour le fruit que vous avez mangé fermentation, en bref le fructose du fruit se transforme en alcool, alcool qui passera par le foie, entrainant les conséquences que nous connaissons ! 

-Les grandes catégories d’aliments et associations :

Nous allons citer ici les grandes catégories générales en bionutrition.

Nous avons tout d’abord l’eau qui ne nécessite pas de digestion. Ensuite, les protéines qui sont les matériaux de construcion de l’organisme et qui nécessitent de longs temps de digestion, comme les viandes, les poissons, les oléagineux (dans une moindre mesure), les oeufs, les laitages … Les lipides qui sont des graisses composées d’acides gras saturés ou insturés qu’on retrouve essentiellement dans les huiles, les graisses animales, les viandes et poissons. Enfin les glucides que nous retrouvons dans les fruits, les légumes non amidonés qui sont riches en vie (minéraux, vitamines, enzymes, oligoéléments… s’ils ne sont pas cuits, ou alors de préférence à la vapeure, car par exemple au dessu de 42°C les enzymes disparaissent), mais aussi les céréales, les légumineuses …

Légumes + protéine = Ok, c’est bon. La digestion de la protéine qui est catalysée par la pepsine sera facilité par la cellulose des légumes qui favorisent l’avancé du bol alimentaire.

Légumes + amidon = Ok, ca passe bien car l’amidon qui est un sucre complexe (lent) qui nécessite une digestion pour être transformé en glucose a besoin d’enzymes et d’eau, ce que lui apportera les légumes.

Légumes + lipide = Ok, ca roule, il n’y aura pas vraiment de digestion dans la bouche, ni dans l’estomac mais plutôt à partir du duodénum avec l’action des sels biliaires et de la lippes pancréatique qui viennent scinder l’acide gras du glycérol.

Légumes + fruits = No problème, ai-je vraiment besoin d’expliquer pourquoi ? 

À noter : Faire attention quand même aux légumes amidonnés et fruits ensembles pour les neuro-arthritiques (les maigres avec des problèmes de digestions).

-Les associations « neutres »

Lipide + amidon = Ok. Nous avons une pré-digestion de l’amidon dans la bouche avec la ptyaline, cela ne retarde pas trop le lipide, qui lui la commence doucement dans l’estomac avec la lipase gastrique. 

Lipide + protéine = Ca passe ! Cette association ne présente pas de problème de digestion car il n’existe pas de protéines sans présence de lipide. Cependant les graisses ont un rôle inhibiteur sur les sucs gastriques, d’où un ralentissement de la digestion des protéines.

-Les mauvais associations

Protéine + amidon = Ce mélange est incompatible car les protéines se digèrent en milieu acide et les amidons en milieu alcalin. Pour faire simple quand la protéine est digérée dans l’estomac, l’amidon s’acidifie et ne peut plus être en totalité capté par les enzymes ce qui entraîne une fermentation de celui-ci dans l’intestin. Cette action entraîne une fatigue du pancréas et une putréfaction des protéines dans l’intestin, car incomplètement digérées. Tout cela se traduira par une perte de la valeur nutritive des aliments et la production de molécules toxiques et de métabolites réabsorbées par la muqueuse digestive. 

Protéine + fruit = Incompatible, car la digestion de la protéine qui est supérieure à 30 minutes va faire fermenter le fruit, surtout si il est doux, toutefois excepté pour l’association avec une protéine maigre (fromage, laits…) qui ont une digestion plus rapide.

-À noter

Nous faisons un distinguo entre les protéines faibles et les protéines fortes et de même pour les amidons faibles et les amidons forts. Quand il s’agit de réequilibrer son hygiène alimentaire, ce n’est souvent pas évident, donc dans un premier temps, si vous peinez à changer votre façon de manger, vous pouvez continuer le mélange protéine-amidon, et essayer de faire une protéine faible avec un amidon fort, ou un amidon fort avec une protéine faible, ce sera de toute manière plus intéressant pour votre organisme.

Ensuite, il est très recommandé d’arrêter les aliments « immuno-dépresseurs »qui n’apportent aucun élément vital au corps tel que le chocolat, le café, le thé et bien entendu l’alcool, les sodas etc… Ces produits, qui sont excitants car toxiques, bloquent la digestion et favorisent la fermentation. C’est la réaction de rejet de l’organisme à certains de leurs composants (théobromine, théine, caféine) qui crée l’effet trompeur d’une dynamisation, on se sent sur le coups en meilleure forme, mais on est surtout juste plus énervé, et cela s’accompagne toujours d’une rechute, ce qui nécessite d’en reprendre toujours plus.

Enfin l’association protéines – légumes et féculents, préconisait par bon nombre de « spécialistes » et « d’experts de l’alimentation » est sérieusement à contester et à revoir, car absolument pas adapté à notre métabolisme.


 

Article écrit par Adrien

fondateur de Juste Naturo et rédacteur bénévole pour Le ChouBrave.

https://www.justenaturo.com/

Son facebook : Juste Naturo

Son Instagram : juste_naturo

Son youtube : JUSTE NATURO

2 commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *