Les maladies d’enfant

Comme toutes les maladies, les maladies d’enfants sont là pour permettre à l’enfant de se libérer de l’héritage empoisonné que lui ont transmis ses géniteurs avant même qu’il arrive en ce monde.

Si l’enfant est très solide et dispose d’un système d’élimination naturel, autrement dit d’un système intestinal et urinaire puissant, il fera un bonne diarrhée que l’on appellera gastro….ou infection urinaire pour permettre à l’organisme de l’enfant de se libérer de cet héritage empoisonné afin qu’il puisse régénérer.

Alors que si les systèmes intestinaux et urinaires de l’enfant ne sont plus assez solides pour faire ce merveilleux travail, il fera de la fièvre ou il utilisera une voie d’élimination de secours qui pourra être la voie cutanée, respiratoire, auditive ou toute autre selon ses possibilités.

Sachant bien que plus l’enfant dispose d’un système de défense puissant, plus il fera de grandes diarrhées ou infections urinaires . Si ces intestins et ses reins sont en parties fatigués, il se contentera de faire une infection respiratoire ( bronchite, bronchiolite etc…) ou O.R.L. ( otite…) ou cutanée(rougeole, varicelle, démangeaisons, urticaire, eczéma etc….) Ou de la fièvre qui sera d’autant plus élevée qu’il dispose d’un système de défense actif.

Ce qui revient à dire et cela est très important que plus l’enfant est solide, plus il fera des maladies importantes. Des maladies ou ce que l’on a appelé ainsi pour évacuer l’héritage empoisonné qu’en mangeant comme nous avons pris l’habitude de le faire depuis que nous avons mangé cuit et carné comme nous l’avons fait.

Quoi faire en pareil cas ?

Soit : comprendre le fonctionnement de l’organisme de l’enfant et l’aider à se libérer de cet héritage empoisonné afin qu’il régénère au plus vite et au mieux…

Soit, sous l’influence de la peur et de l’ignorance des lois de la vie issues des fréquences basses et inversées, en arrêtant une diarrhée, une infection urinaire, une fièvre ou toute autre crise libératrice pour avoir l’impression d’être guéri, nous devons interdire à l’organisme d’éliminer sa surcharge empoisonnée que ne pouvant éliminer, il devra enfermer dans ses nappes souterraines où elle ne restera pas sans rien faire.

Ce qui veut dire qu’en arrêtant une grosse diarrhée ou gastro, l’organisme de l’enfant ne pouvant éliminer ses résidus, devra les enfermer dans son système le plus actif qui, s’il est cérébral, pourra créer l’autisme ou s’il est nerveux, des troubles nerveux et parfois l’hyperactivité….

En arrêtant des fièvres importantes et fort nombreuses, l’organisme de l’enfant n’ayant pu éliminer sa surcharge acide , a dû la déposée sous sa clavicule et a fait de cet enfant un bossu à vie et d’autres troubles des plus douloureux qui bien soignés encore, l’ont conduit à sa chaise roulante tout le long d’une vie bien écourtée.

C’est ainsi également qu’en soignant bien les trois otites qu’un enfant avait faites avant un an, on a calaminé son conduit auditif et rendu sourd cet enfant qui ne pouvant pas entendre n’a pu reproduire ce qu’il n’entendant pas et est devenu sourd muet… Des exemples de ce genre, j’en ai des quantités qui si les maladies d’enfant étaient comprises et traitées comme elles devraient l’être seraient inexistants.

 

Alors que faire, devant quelque maladie d’enfant que ce soit ?

Comme tous les animaux le font, 1/ Les laisser à la diète et au repos, ce qui est très facile, car ils n’ont pas faim et n’ont pas envie de bouger.

2/ S’il a de la fièvre ou un mal douloureux, aider son petit corps à éliminer sa surcharge acide en lui donnant à boire de l’eau ou de l’infusion et RIEN d’autre. Surtout RIEN à manger soit disant pour le soutenir, car au moment de toute crise d’élimination, l’organisme a besoin de TOUTE SON ENERGIE pour évacuer les poisons qu’il cherche à évacuer et cela lui demande énormément d’énergie. D’où le besoin impératif de ne pas en dépenser pour digérer et bouger.

3/ Si l’enfant a de la fièvre, lui faire un bain de siège à friction.
Autrement dit, si c’est un petit garçon , l’asseoir sur un récipient confortable ( seau ou cuvette ) rempli d’eau froide et de glaçons et mettre sa verge dans l’eau et la frictionner avec le gant de toilette rempli d’au glacée au moins une dizaine de minutes et si c’est une petite fille, les lèvres de son appareil génital.

Ainsi, si l’enfant a 39 ou 40 degrés de température, après une dizaine de minutes de ce bain de siège à frictions de Louis Khune, la fièvre tombera de 39 ou 40 à 38 ou 37 degrés et le système sympathique de l’enfant ainsi vitalisé lui permettra de dormir et d’éliminer à travers ses urines et ses selles les résidus qu’il cherchait à éliminer… Il se peut qu’il faille recommencer deux ou trois fois l’opération en deux ou trois jours maximum de fièvre et de repos afin que l’enfant puisse expulser ses résidus et se lève heureux et en pleine forme…

4/ Si l’enfant n’a pas de fièvre, mais un problème respiratoire de quelque façon que ce soit, lui faire un enveloppement d’huile de ricin. Appliquer deux à trois cuillers à soupe d’huile de ricin sur tout son petit ventre et mettre dessus une bonne couche de coton hydrophile et une bande scratch ou une petite gaine qui maintienne cet enveloppement toute la nuit ou le jour.. A refaire matin et soir, tant que l’enfant n’a mas retrouvé sa joie de vivre …

5/ Cet enveloppement peut être conjugué au bain de siège à friction et comme vous pourrez vous en rendre compte, ces deux éléments accompagnés de la diète et du repos seront plus efficaces et plus bénéfiques que tous les médicaments du monde qui en semblant guérir l’enfant, ne feront qu’enfermer plus profondément les résidus que chaque maladie chercher à éliminer…

 

Retrouvez tout le savoir d’Irène Grojean dans son livre:


Merci à Irène Grosjean pour ce complément de notre dossier dans le magazine N°21

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.