Le Flexitarisme – les étiquettes alimentaires

Quand je dis que j’enseigne l’alimentation crue, la première question que l’on me pose est: « Alors, vous mangez tout cru tout le temps?». Et c’est bien naturel… On imagine toutes sortes de choses quand on ne connaît pas. Et la tendance est, il faut bien l’avouer, de mettre des étiquettes sur les personnes, sans doute car cette classification permet de mieux appréhender les différences.

C’est vrai, j’enseigne l’alimentation crue et tous ses bienfaits, pourquoi, comment faire, etc. J’aspire à inspirer de plus en plus de gens à essayer le cru, à l’adopter en partie ou totalement. Il tient à chacun de voir ce qui marche pour lui. Le courant que j’enseigne est bien le courant « Raw Vegan » soit crudivore végétalien. Ce qui signifie manger des fruits, légumes, graines et céréales germées, algues, etc. – la liste n’est pas exhaustive car le monde végétal est abondant. Mais cela signifie aussi que ces préparations sont exemptes de protéines animales, produits laitiers, gluten, sucres raffinés, mauvaises graisses, édulcorants artificiels, additifs chimiques, etc. – la liste n’est pas non plus complète, tant les sources de toxines dans l’alimentation moderne sont nombreuses. Et le cru se veut simple, propre, naturel.

Alors, oui, manger cru le plus possible est le message principal que je cherche à faire passer. Mais dans mes cours, et dans mes articles, j’explique que je ne suis moi-même ni végétarienne, ni végétalienne, ni crudivore du reste ! Les étiquettes alimentaires ne me parlent pas, car nos choix alimentaires peuvent évoluer au fil des années, et au fil des jours tout simplement! Je privilégie le cru, car je sais que le cru est ce qui me convient le mieux, mais cela ne m’empêche pas de manger de tout, même de la viande, du poisson, des céréales cuites etc. Je mange un peu de tout, et je peux aussi m’intégrer dans toute situation sociale sans problème. Je sais comment me remettre en forme suite aux écarts ou abus. Seule, je mange tout cru ; en famille, le plus de cru possible; et partout ailleurs je fais au mieux avec ce qui se présente ! Voici en quelque sorte mon expérience personnelle. J’espère que cela vous encouragera à trouver votre propre équilibre alimentaire, qui par ailleurs va évoluer tout au long de votre vie.

Les étiquettes pour définir nos choix alimentaires

Je n’aime pas beaucoup les étiquettes, mais en voici une qui me plait davantage que les autres, sans doute car elle représente mieux mes choix : Flexitarien. Le flexitarisme est un nouveau mot qui décrit une pratique qui fait de plus en plus d’adeptes. Le principe est de privilégier le mode végétarien le plus souvent possible, mais sans exclure une consommation minimale de viande – par respect pour sa propre santé, pour les animaux et pour la planète. Une approche souple et flexible.

Je croise beaucoup de flexitariens, conscients ou non de l’être, et c’est tant mieux! Qu’importe le mot que l’on utilise, ces étiquettes ne sont pas indispensables, mais elles permettent de mieux comprendre ce nouveau courant alimentaire qui repose sur des choix conscients et réfléchis. Il s’agit de personnes qui font attention à ce qu’elles consomment, mais qui ne sont ni rigides ni exclusives dans leurs choix. Elles sont soucieuses de leur santé, souvent à la recherche de leur équilibre, curieuses d’en savoir plus, et suffisamment motivées pour changer leurs habitudes, si besoin. Mais elles n’entrent pas dans les catégories traditionnelles.

Que mange un flexitarien qui privilégie le cru ?

Cette description correspond assez bien à mon approche actuelle. Et voici ma réponse : avant tout des fruits et légumes crus, des graines et oléagineux, des graines et céréales germées, des produits fermentés, des « frawmage » maison, des huiles de première pression à froid (tous les jours), des œufs, des légumineuses germées, des céréales non raffinées (3-4 fois par semaine), et de temps à autre, en petites quantités, de la viande et du poisson sauvages ou de grande qualité, des fromages et yaourts de préférence crus à base oléagineuse, de brebis ou de chèvre (2-3 fois par semaines). Je n’exclus pas pour ma part du vin en modération, mais l’alcool en général, le café et toutes les boissons sucrées industrielles sont exclus.

Ainsi je vous encourage tous à trouver les aliments, les combinaisons et les modes de préparation qui vous conviennent. N’oubliez pas que chacun est unique et a des besoins uniques ! (tant physiques que émotionnels) L’important est de soulager la digestion afin de permettre une meilleure élimination pour libérer une plus grande énergie, et d’alléger l’apport alimentaire pour que le corps puisse fonctionner de manière optimale. Adopter une part de cru élevée dans son alimentation est un moyen sûr d’y arriver. Alors n’attendez plus, et commencez, un plat à la fois !

Amy Webster by SimplementCru


LaBraveTeam
(95% de bénévoles – 200% bonne pour la santé)

SOUTENEZ-NOUS en vous procurant notre MAG’ trimestriel. 80 pages d’articles, d’astuces, de recettes et d’inspirations au bonheur. Imprimé en France.

• Abonnement Numérique: 17€50  

• Abonnement Papier France: 31€50 

• Abonnement Papier International: 41€50 

Nos abonnements sont FRAIS DE PORT inclus, et ne se reconduisent PAS automatiquement. C’est vous qui choisissez!

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.