A quoi nous sert le sourire ?

Rictus de politesse, encourageant, gêné ou encore ironique, 18 sourires ont été répertorié en 1934 par le psychologue Paul Ekman. Il a identifié jusqu’à 42 muscles qui en disent long sur nos émotions.

A quand remonte notre premier sourire ?

A la naissance il n’existe pas. Il apparaît chez le nourrisson au plus tard à ses 3 mois pour exprimer un contentement à la vue d’une personne familière, à l’écoute de son mobile ou après un repas. L’apprentissage par imitation va ensuite jouer son rôle et donner tous ses sens au sourire.

En effet, notre cerveau est capable de reconnaître en moins de vingt millisecondes lequel de ces 18 sourires nous est adressé.

Cette analyse passe tout d’abord par le cerveau archaïque qui résonne sans discernement. Ensuite, le neocortex prend le relai pour une réflexion plus lente et plus nuancée, faisant appel à la mémoire, aux valeurs acquises et aux croyances.

C’est alors que la reconnaissance d’un visage passe par ses deux strates, déterminant tout d’abord l’attitude  » ami / ennemi  » de notre semblable, pour ensuite chercher à savoir si son visage nous est connu / familier / étranger …

Beautiful girl eating Christmas cookies and drink tea while lying on a carpet. Decorative vintage apartment.

C’est dans ces circonstances que le réflexe  » attaque ou fuite  » est déclenché.

Parmi les sourires les plus communicatifs nous pourrons trouver  » le sourire de bienvenue  » ou de politesse qui nous accueille. A la fois proche et distancié, il nous rassure et nous met spontanément à l’aise, même si l’on a aucun lien avec celui qui nous l’adresse.

 

Le sourire complice

est celui qui nous rassemble. Il exprime l’appartenance à une même histoire, relevant d’une entente étroite avec certains êtres choisis.

Le sourire défensif

nous préserve face à l’inconnu. C’est une sorte de lâcher-prise destiné à paralyser nos pulsions agressives et à neutraliser celles que l’autre peut ressentir à notre égard, comme lorsque l’on entre dans une pièce et que l’on ne connaît personne.

Le sourire gêné

quand à lui nous excuse et nous monte aux lèvres lorsque nous venons de commettre un impair et que la honte nous submerge. Il indique que nous tentons alors de maîtriser notre émotion plutôt que de la subir.

Le sourire séducteur

partagé dans la plupart des rites de séduction dans le monde, nous désarme. Ce sourire assurant et rassurant serait celui que les femmes apprécient le plus chez un homme avant le regard.

Enfin le sourire audacieux

nous donne de l’assurance. Il met en avant nos succès plutôt que nos échecs, nous aidant à mieux gérer notre stress et nos donnant davantage de charisme.

Portrait of cheerful schoolboy with backpack looking at camera

Portrait of cute girl in sunglasses reading a book at leisure

« Il suffit d’un infime mouvement des lèvres pour casser l’assurance d’une certitude qui paraissait éternelle. »

La delicatesse – David Foenkinos

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *